Your browser doesn't support javascript.
Show: 20 | 50 | 100
Results 1 - 5 de 5
Filter
1.
Infectious diseases now ; 2021.
Article in English | EuropePMC | ID: covidwho-1519180

ABSTRACT

Introduction. Persistent symptoms have recently emerged as a clinical issue in COVID-19. We aimed to assess the prevalence and risk factors in symptomatic non-hospitalized individuals with mild COVID-19. Methods. We performed a prospective cohort study of symptomatic COVID-19 outpatients, from March to May 2020, with weekly phone calls from clinical onset until day 30 and up to day 60 in case of persistent symptoms. The main outcomes were the proportion of patients with complete recovery at day 30 and day 60 and factors associated with persistent symptoms. Results. We enrolled 429 individuals mostly women (72.5%) and healthcare workers (72.5%), with a median age of 41.6 years [IQR 30-51.5]. Symptoms included: cough (69.7%), asthenia (68.8%), anosmia (64.8%), headaches (64.6%), myalgia (62.7%), gastrointestinal symptoms (61.8%), fever (61.5%), and ageusia (60.8%). Mean duration of disease was 27 days (95%CI: 25-29). The rate of persistent symptoms was 46.8% at day 30 and 6.5% at day 60 consisting in asthenia (32.6%), anosmia (32.6%), and ageusia (30.4%). The probability of complete recovery was 56.3% (95%CI: 51.7-61.1) at day 30 and 85.6% (95%CI: 81.2-89.4) at day 60. Factors associated with persistent symptoms were age >40 (HR 0.61), female sex (HR 0.70), low cycle threshold (HR 0.78), and ageusia (HR 0.59). Conclusions. COVID-19 — even in its mild presentation — led to persistent symptoms (up to one month) in nearly half of individuals. Identification of risk factors such as age, gender, ageusia and viral load is crucial for clinical management and argues for the development of antiviral agents.

2.
Infect Dis Now ; 51(4): 368-373, 2021 Jun.
Article in English | MEDLINE | ID: covidwho-1065114

ABSTRACT

OBJECTIVE: To describe clinical, biological, radiological presentation and W4 status in COVID-19 elderly patients. PATIENTS AND METHODS: All patients ≥ 70 years with confirmed SARS-CoV-2 infection and hospitalized in the Infectious Diseases department of the Pitié-Salpêtrière hospital, Paris, France, from March 1st to April 15th 2020 were included. The primary outcome was death four weeks after hospital admission. Data on demographics, clinical features, laboratory tests, CT-scan findings, therapeutic management and complications were collected. RESULTS: All in all, 100 patients were analyzed, including 49 patients ≥ 80 years. Seventy percent had ≥2 comorbidities. Respiratory features were often severe as 48% needed oxygen support upon admission. Twenty-eight out of 43 patients (65%) with a CT-scan had mild to severe parenchymal impairment, and 38/43 (88%) had bilateral impairment. Thirty-two patients presented respiratory distress requiring oxygen support ≥ 6 liters/minute. Twenty-four deaths occurred, including 21 during hospitalization in our unit, 2 among the 8 patients transferred to ICU, and one at home after discharge from hospital, leading to a global mortality rate of 24% at W4. Age, acute renal failure and respiratory distress were associated with mortality at W4. CONCLUSION: A substantial proportion of elderly COVID-19 patients with several comorbidities and severe clinical features survived, a finding that could provide arguments against transferring the most fragile patients to ICU.


Subject(s)
COVID-19/diagnosis , Aged , Aged, 80 and over , COVID-19/diagnostic imaging , COVID-19/mortality , Female , Hospitalization , Humans , Male , Prognosis , Retrospective Studies , Time Factors
3.
Eur J Neurol ; 27(12): 2651-2657, 2020 12.
Article in English | MEDLINE | ID: covidwho-799153

ABSTRACT

AIM: The aim of this paper is to describe the clinical features of COVID-19-related encephalopathy and their metabolic correlates using brain 2-desoxy-2-fluoro-D-glucose (FDG)-positron-emission tomography (PET)/computed tomography (CT) imaging. BACKGROUND AND PURPOSE: A variety of neurological manifestations have been reported in association with COVID-19. COVID-19-related encephalopathy has seldom been reported and studied. METHODS: We report four cases of COVID-19-related encephalopathy. The diagnosis was made in patients with confirmed COVID-19 who presented with new-onset cognitive disturbances, central focal neurological signs, or seizures. All patients underwent cognitive screening, brain magnetic resonance imaging (MRI), lumbar puncture, and brain 2-desoxy-2-fluoro-D-glucose (FDG)-positron-emission tomography (PET)/computed tomography (CT) (FDG-PET/CT). RESULTS: The four patients were aged 60 years or older, and presented with various degrees of cognitive impairment, with predominant frontal lobe impairment. Two patients presented with cerebellar syndrome, one patient had myoclonus, one had psychiatric manifestations, and one had status epilepticus. The delay between first COVID-19 symptoms and onset of neurological symptoms was between 0 and 12 days. None of the patients had MRI features of encephalitis nor significant cerebrospinal fluid (CSF) abnormalities. SARS-CoV-2 RT-PCR in the CSF was negative for all patients. All patients presented with a consistent brain FDG-PET/CT pattern of abnormalities, namely frontal hypometabolism and cerebellar hypermetabolism. All patients improved after immunotherapy. CONCLUSIONS: Despite varied clinical presentations, all patients presented with a consistent FDG-PET pattern, which may reflect an immune mechanism.


Subject(s)
Brain Diseases/diagnostic imaging , COVID-19/complications , Aged , Brain Diseases/psychology , Brain Diseases/therapy , COVID-19/therapy , Cerebellar Diseases/diagnostic imaging , Cerebellar Diseases/etiology , Cognition Disorders/etiology , Cognition Disorders/psychology , Female , Fluorodeoxyglucose F18 , Frontal Lobe/diagnostic imaging , Humans , Immunotherapy , Magnetic Resonance Imaging , Male , Mental Disorders/etiology , Mental Disorders/psychology , Middle Aged , Myoclonus/diagnostic imaging , Myoclonus/etiology , Neuropsychological Tests , Positron Emission Tomography Computed Tomography , Radiopharmaceuticals , Status Epilepticus/etiology , Treatment Outcome
4.
Médecine et Maladies Infectieuses ; 50(6, Supplement):S207-S207, 2020.
Article | WHO COVID | ID: covidwho-726772

ABSTRACT

Introduction Suite à la déclaration d’épidémie de pneumopathies au nouveau coronavirus CoViD-19 en Chine en décembre 2019, 11 patients ont été confirmés infectés en France du 20/01 au 10/02/2020 dont 5 en Île-de-France. Devant l’afflux de personnes nécessitant un dépistage et le manque de place en unité d’isolement dans les établissements de soins référent (ESR), un système dégradé d’accueil pour le dépistage des cas suspects de CoViD-19 a été élaboré. En concertation avec les autorités sanitaires françaises et la direction de l’hôpital, le département des maladies infectieuses a développé le projet AmbuCoV pour pouvoir accueillir au mieux et sans délais toutes les personnes qui lui étaient adressées. Matériels et méthodes Mise en place d’une unité dédiée pour la prise en charge des personnes nécessitant un dépistage pour le CoViD-19 et ne justifiant pas d’une hospitalisation. L’unité AmbuCoV, ouverte 24h/24 et 7j/7, a fonctionné avec le personnel minimum et respecté un parcours patient développé par l’équipe pluridisciplinaire du service pour le dépistage et l’isolement au sein de l’établissement. Le laboratoire de virologie procédait à deux séries de PCR par jour, avec un rendu des résultats vers 13h pour les prélèvements envoyés avant 8h, et 19h pour ceux envoyés avant 14h. Une évaluation interne a été menée afin d’évaluer quantitativement et qualitativement ce dispositif. Résultats AmbuCoV a été ouvert le 31 janvier 2020 et comprenait 22 lits répartis en 16 chambres. Une infirmière effectuait le prélèvement nasopharyngé et la prise des constantes dans le box dédié en pression négative de l’unite d’isolement. Les personnes sans ATCD et paucisymptomatiques (constantes normales, t<38°C, absence de dyspnée et de toux) étaient accompagnées pour être isolées dans l’unité AmbuCoV jusqu’à réception des résultats. Ces patients ne nécessitant pas de soins infirmiers, une aide-soignante présente dans l’unité en permanence répondait à leurs besoins et assurait le lien avec les infirmières et médecins du service. En cas d’infection CoViD-19 confirmée les patients devaient être hospitalisés dans l’unité d’isolement. Les deux premières semaines, 15 personnes de 10 à 48 ans ont été admises dans AmbuCov soit 20 % des personnes admises pour dépistage du CoViD-19 dans notre ESR. Nous présentons en photos et à l’aide de figures la procédure et le parcours des personnes prises en charge. Aucune personne suspecte d’infection à CoViD-19 ne s’est vue refusée l’admission pour dépistage dans notre ESR. Les usagers et le personnel soignant se sont montrés satisfaits de ce programme. La principale limitation à l’utilisation de l’unité AmbuCoV était l’absence de pression négative dans les chambres qui contre-indiquait la prise en charge des personnes présentant une toux ou des signes broncho-pulmonaires. Un système de recyclage de l’air par appareil mobile (Plasmair) est à l’essai. Conclusion Nous avons mis en place une stratégie de dépistage ambulatoire d’une infection virale émergente pour faire face à l’augmentation de patients et de cas suspects en contexte épidémique. Cette unité baptisée AmbuCoV nous a permis de faire face rapidement et efficacement à l’afflux de personnes et pourra être réutilisée à l’avenir en cas de nouvelle épidémie. Nous souhaitons partager notre expérience, ainsi que son évaluation en termes de points forts et difficultés rencontrées, afin qu’elle puisse servir à d’autres personnels de santé.

5.
Médecine et Maladies Infectieuses ; 50(6, Supplement):S88-S89, 2020.
Article | WHO COVID | ID: covidwho-726741

ABSTRACT

Introduction L’âge et les comorbidités sont les facteurs de risque de décès les plus clairement établis au cours du COVID-19. L’objectif de notre travail était de décrire la présentation clinique, biologique et radiologique des patients de plus de 70 ans hospitalisés dans un service de maladies infectieuses et tropicales d’un ESR métropolitain pour une infection à Sars-CoV-2, et de déterminer le taux de mortalité 4 semaines (S4) après l’admission dans le service. Matériels et méthodes Étude observationnelle monocentrique ayant inclus tous les patients ≥ 70 ans admis dans le service du 01/03 au 15/04/2020, pour un COVID-19 confirmée biologiquement. Critère de jugement principal : statut vital à S4 après l’admission dans le service. Critères de jugement secondaires : durée d’hospitalisation, plus haut débit d’oxygène administré, lieux de vie à S4 pour les survivants, facteurs clinicobiologiques associés au décès à S4. Résultats Cent patients furent inclus pour l’analyse, dont 59 % d’hommes, avec un âge médian (IQR) de 79 ans (74–85). Cinquante-six pour cent avaient un score de Charlson ≥ 5 et 71 % avaient au moins 2 comorbidités [HTA (56 %), insuffisance cardiaque (31 %), démence (25 %), diabète (24 %) et/ou un cancer actif (21 %)]. Onze patients étaient sous immunosuppresseur et/ou corticoïde au long cours. Soixante-dix pour cent étaient admis avant le 7e jour des symptômes, 55 % avaient un score NEWS-2 ≥ 3, et 22 % nécessitaient une oxygénothérapie ≥ 3 litres/min à l’admission. Les symptômes les plus fréquents étaient fièvre (57 %), toux (50 %), dyspnée (36 %) et diarrhée (16 %). Une lymphopénie était présente dans 80 % de cas et une insuffisance rénale aiguë à l’admission dans 32 %. Parmi les 41 patients ayant eu un scanner thoracique, 68 % présentaient une atteinte parenchymateuse modérée à sévère (≥25 %), 57 % une atteinte bilatérale. Une oxygénothérapie≥6 litres/min a été nécessaire pour 32 patients en médiane 8jours après le début des symptômes. Trente-deux pour cent ont reçu des antibiotiques, 30 % de l’hydroxychloroquine et 7 % des corticoïdes. Le taux de mortalité à S4 était de 24 % (20 % chez les 70–79 ans, 31 % chez les 80–89 ans, 30 % chez les≥90 ans), incluant 19 décès survenus pendant l’hospitalisation. Quarante-quatre pour cent des survivants étaient au domicile à S4 et 21 % en SSR. En analyse multivariée, seules l’insuffisance rénale aiguë à l’admission (OR : 73,8, IC95 % : 5,7–3721,2, p=0,006) et une durée d’hospitalisation plus courte (7,1 vs. 11,1jours, OR : 0,70, IC95 % : 0,47–0,88, p=0,017) étaient significativement associées au décès. Conclusion Le taux de mortalité lors de l’épidémie de COVID des patients âgés de plus de 70 ans est de 19 %. Le décès survenait dans les premiers jours d’hospitalisation témoignant de l’aggravation brutale autour de j7–9. Toutefois certains patients malgré un âge avancé et de nombreuses comorbidités ont survécu malgré des besoins en oxygène massifs et sans traitement étiologique efficace.

SELECTION OF CITATIONS
SEARCH DETAIL